Tout être humain recherche le bonheur. Peut-être peut-on affirmer que le bonheur est la raison d’être de tout homo sapiens.


"Le bonheur de vivre" par Matisse
Cependant, qu’est le bonheur ? C’est un concept difficile à définir de manière absolue. Chaque individu a sa propre conception de ce qu’est le bonheur, en fonction de ses goûts et de sa personalité. Il est toutefois possible de considérer le bonheur comme étant un état d’esprit, une paix intérieure. L’accès au bonheur dépend donc en grande partie de nous même, de notre capacité à atteindre cet état d’esprit.

Tous les grands penseurs, de divers credo et cultures,  s’accordent à reconnaître que l’accès au bonheur est complètement étranger au matérialisme. Toutefois, notre société s’obstine à nous faire croire que les plaisirs passagers de la consommation sont le bonheur.  Telle entreprise de boissons gazeuses nous garantit le bonheur à l’ingestion de son produit. "Nulle autre voiture n’a de conducteurs plus heureux". Publicités mensongères !  Avec un bon salaire, on est censé être "heureux", comme si l’argent faisait le bonheur.

Hélas, le plaisir de l’acquisition passe, on n’est pas arrivé au bonheur. Bien au contraire, cela laisse une sensation de manque, une frustration qui nous ronge peu à peu.  L’irritation fait place à l’agressivité  et l’escalade commence.  La violence de notre société s’exacerbe. L’important est cette quête continuelle de biens matériels malgré tous les inconvénients qu’elle procure. La consommation provoque une dépendance  extrèmement préjudiciable.

De plus, notre obsession matérialiste nous cache la véritable portée de l’aspect spirituel du bonheur. Notre spiritualité s’émousse par la pulsion consommiste  que veut notre société, notre conception du bonheur s’appauvrit jusqu’à se réduire à la richesse matérielle. D’une certaine façon, l’homo consummator perd la fabuleuse capacité d’abstraction de l’homo sapiens.

Il est évident que tout langage évolue, mais lorsqu’il s’agit d’un appauvrissement de la pensée, il est important de le combattre. La perte de sens du mot bonheur est un exemple significatif, mais ce n’est hélas pas le seul cas, on peut citer démocratie, justice, développement, culture, liberté...






intro
qui ?
objectifs
lectures
contacts
Le bonheur
Le bonheur est toujours un résultat de l’activité créative.
Dalaï Lama
partager
Free Web Hosting