La démocratie est la meilleure organisation du pouvoir inventée jusqu’à aujourd’hui. Cependant, l’organisation économique de la société peut mettre en danger les valeurs de justice et d’équité de la démocratie.

Le système néo libéral qui prédomine actuellement dans le monde a mis le pouvoir économique au dessus des valeurs primordiales de la démocratie : égalité, justice, et même liberté. Celui ou ceux qui détiennent ce pouvoir, c’est à dire ceux qui ont de l’argent, que ce soit un particulier, une entreprise ou tout autre groupe, imposent au reste de la société ce qui leur convient. Cela se pratique à niveaux nationaux, mais aussi mondiaux.  Les pays les plus puissants (comprenez les plus riches) obligent les autres à suivre les règles qu’ils ont eux-mêmes dictées. Malheureusement, les politiciens, même en ayant été élus démocratiquement, acceptent de suivre ce qui leur est imposé, bien souvent pour rester au pouvoir. De manière générale, ces politiques apportent plus de problèmes qu’elles n’en résolvent.

Il s’agit en fait d’une dictature économique travestie en démocratie par la seule existence d’organisation périodique de scrutins. Peu à peu, le débat et la transparence disparaissent. Les populations sont utilisées et trompées pour que l’ordre établi ne soit pas remis en cause. On pourrait créer un néologisme pour désigner ce système : “manipulature”.

Nous en arrivons à la situation paradoxale de considérer normal de suivre des règles économiques imposées par les plus riches, même si ces règles sont, de manière évidente, préjudiciables à la plus grande partie de la population. Des millions de personnes vivent de sous-emplois (quand ils en ont), ils perdent leurs droits à un environnement sain au nom d’un développement qui ne profite réellement qu’à quelques uns. Le sacrifice de cette partie de la population est totalement inacceptable et anti-démocratique, et de plus, ne permet pas un réel développement.

Les gouvernements, qui devraient assumer un rôle de régulateur et de modérateur pour contrer les effets nocifs d’une économie au service du secteur privé, ont en fait retourné leur veste pour se trouver du meilleur côté, celui du pouvoir absolu. Si les populations ne s’organisent pas pour contrer ces perversions de notre économie, nous courrons le risque de ne plus pouvoir sortir de la violence dans laquelle nous nous sommes engagés. Cette violence se traduit par l'insécurité, certes, mais aussi par les inégalités sociales, les préjugés, l'avidité, les "lois" économiques, le gaspillage,...
Nous témoignerons aussi d’une augmentation des conflits armés pour le contrôle des ressources naturelles comme l’eau ou les aliments.






intro
qui ?
objectifs
lectures
contacts
Notre économie libérale
La seule économie qui vaille est celle qui produit du bonheur avec de la modération.
Nicholas Georgescu-Roegen
partager
Free Web Hosting